Eric Brun, maire de Tallende adresse ses meilleurs vœux 2019

Ce grand rendez-vous annuel d’échanges de vœux, alors que nous basculons vers une année nouvelle, doit revêtir pour nous tous un accent tout particulier. Il reste, bien entendu, en dehors des échanges occasionnels dictés par l’actualité municipale du moment, un mode privilégié de renforcement du lien social local entre chaque citoyen tallendais et l’équipe à qui vous avez confié la gestion de la commune.
 

Mais, en ces tous premiers jours de 2019, vous partagerez avec moi l’idée que jamais, ce besoin de proximité et de solidarité, face aux difficultés graves que nous vivons, ne fut jamais aussi pressant que dans cette période actuelle.

Ce à quoi nous assistons depuis plusieurs semaines déjà sur le sol français est intense, atypique, mais surtout inquiétant.


Au-delà des difficultés économiques qui, malgré l’esquisse de certaines réformes, continuent à marquer notre pays, et presque à le singulariser, les troubles graves auxquels nous avons assisté ces dernières semaines doivent être regardés avant tout comme l’expression manifeste d’une crise de confiance entre le « pays réel » et ses représentants politiques.


Outre le contexte mondial qui reste encore et toujours menaçant-l’attentat sur le marché de Noël de Strasbourg nous ayant rappelé tragiquement que l’hydre terroriste n’était pas du tout éradiquée-le sens même de l’organisation territoriale nationale et supranationale et le message politique qui l’accompagne ne trouvent plus aucune justification auprès de nos concitoyens.


Le rôle et les missions des élus au sens large s’en trouvent impactés et leurs discours deviennent inaudibles.

Le décalage s’accroit dangereusement avec les préoccupations quotidiennes concrètes des Français.

L’Europe est désormais perçue comme une entité lointaine, source de lourdeurs et de tracasseries, souvent comme une entrave au bon fonctionnement des affaires.
 

Il n’en va guère mieux au niveau de l’Etat français dont les réformes et les mesures, par manque de pédagogie, de concertation, de mûrissement, restent mal comprises.

 

Dans une sphère plus rapprochée, la fusion des régions a entraîné -nous le constatons chez nous en Auvergne Rhône Alpes-un sentiment d’abandon, d’éloignement de la part des territoires les plus reculés, donc les plus fragiles et je ne suis pas persuadé que la réorganisation, encore récente, de l’intercommunalité soit mieux perçue et intégrée par les habitants de notre territoire.


Le présent questionne donc en permanence nos concitoyens, mais aussi l’avenir. Jusqu’où ira donc ce sentiment-doublé d’un ressentiment-d’incompréhension réciproque entre cette France du terrain et une autre parfaitement déconnectée de ce dernier ?


Dans ce contexte extrêmement mouvant, peuplé de remises en cause et d’incertitudes, je veux cependant espérer que la commune puisse rester un lieu de dialogue et de considération à l’égard de chacun, grâce à cette notion irremplaçable de proximité.
 

Mais, vous le savez, les maires de France s’interrogent de plus en plus sur l’avenir même de leurs fonctions, amenant même une part non négligeable d’entre eux à ne pas briguer un renouvellement de leur mandat en 2020.
 

 

A l’échelon local, j’illustrerai mes propos par deux exemples porteurs de questionnement lourd pour l’avenir.

L’intercommunalité tout d’abord. Sous des dehors d’optimisation des moyens d’action à l’échelle d’un territoire donné, on sent désormais poindre des inquiétudes sur la dilution progressive des communes qui, dans leur majorité, n’ont pas eu le choix du regroupement.
 

Comment continuer à faire entendre sa voix ? Comment conserver un pouvoir d’action autonome ? Comment redonner du sens aux travaux d’intérêt municipal menés pour améliorer les conditions de vie des habitants ?
 

Sous l’effet de la loi Notre, nombre de compétences ont glissé de la commune vers la communauté de communes ; il en va ainsi de l’environnement et du cadre de vie, de l’économie, du logement, de l’action sociale, de l’eau, de la voirie, des équipements culturels et sportifs à vocation communautaire, mais aussi de l’enseignement musical, de la lecture publique, de l’enfance jeunesse et, dernièrement, du commerce et de l’artisanat.
 

Sur le plan urbanistique, notre Plan Local d’Urbanisme (PLU), jusqu’ici document de référence, sera remplacé en 2020 par le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI).
 

Face à cette extension progressive de compétences, le message municipal peut-il rester audible tant auprès des administrés que des instances intercommunales elles-mêmes.

 

Mes chers concitoyens, c’est aujourd’hui tout le sens de l’enjeu qui se présente au plan purement local d’une fusion potentielle entre Tallende, Saint-Amant-Tallende et Saint-Saturnin. Il en va, je crois, de la crédibilité et de l’avenir territorial de nos trois collectivités.


Un second sujet d’inquiétude se profile depuis plusieurs années déjà sur l’avenir de la fiscalité locale, un paramètre qui, à lui seul, conditionne toute l’efficacité de l’action municipale.
 

Dans un récent courrier à l’adresse des maires de France, le Président de la République réitère sa volonté de préserver les capacités financières de nos communes.
 

Or, force est bien de constater qu’à la lecture du montant de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) versée par l’Etat et qui reste l’une de nos principales ressources, cet engagement n’est pas honoré puisque l’on assiste pour la cinquième année budgétaire consécutive à une érosion de cette dotation pour certaines communes.


A l’image de Tallende, sachons que 252 communes, sur les 464 que compte le Puy-de-Dôme, sont confrontées à cette baisse au nom d’un effort de péréquation entre les communes les plus riches (nous avons l’honneur mais aussi la charge d’en faire partie !) et les plus pauvres du département.


Baisse de la DGF donc, mais aussi immense incertitude sur la teneur à venir de la fiscalité locale, et notamment de la taxe d’habitation, un des thèmes majeurs de la campagne présidentielle menée en 2017 par le Président Macron.


A l’inquiétude éminemment légitime des maires, l’exécutif répond par un projet de refonte globale de la fiscalité municipale devant être débattu au printemps 2019.


A l’instar de mes collègues, je m’interroge simplement, au regard de ce vaste projet de réforme, sur la crédibilité à venir de la promesse présidentielle de « compenser à l’euro près la disparition de la taxe d’habitation ».

 

Le contexte budgétaire municipal est donc, vous le constatez, soumis à rude épreuve. Mais parce que nous ne voulons pas déroger à la règle de maîtrise de nos dépenses notamment de fonctionnement et que nous souhaitons privilégier une solution de sagesse, j’aurai à cœur de rappeler que, cette année encore, les taux des taxes locales sont restés inchangés.

 

Car il faut cependant continuer à œuvrer inlassablement en faveur de l’amélioration du présent et de la préparation du futur de notre commune.
 

Vous l’avez constaté cette année encore, l’amélioration du confort et de l’esthétique de notre voirie urbaine demeure essentielle à nos yeux et occupe un poste budgétaire important dans nos opérations d’investissement.
 

Il en va bien sûr de la sécurité des usagers mais aussi du plaisir à pouvoir se déplacer à pied en tenant compte de la présence d’une rue principale à fort trafic automobile. C’est dans ce sens qu’a été entrepris l’aménagement des trottoirs de la route de Clermont, avec la collaboration humaine et financière du Conseil Départemental.
 

Cet investissement tend en effet à rendre plus sûr mais aussi à redonner sa place au cheminement piétonnier, mode de déplacement doux, mais aussi à réguler la circulation automobile grâce à des aménagements de surface tels que la réfection des peintures routières.
 

Cette prise en compte de la présence piétonnière guidera l’ensemble de nos travaux de voirie à venir.

Le côté pratique et le côté esthétique se rejoigne également dans la lourde opération menée en 2018 rue des Vallières.
 

Le résultat est à la hauteur de l’attente générale, un peu longue je dois le concéder, puisque en 2014 déjà, à notre arrivée, nous avions lancé les premières études permettant d’esquisser et de chiffrer ce chantier.
 

Grâce au soutien financier de l’Etat, qu’il faut souligner, la rue des Vallières offre enfin un aspect praticable et regardable, le lifting dont elle a bénéficié portant tout à la fois sur le revêtement de chaussée, les trottoirs, l’assainissement, le pluvial, les possibilités de stationnement et même un aménagement paysager.
 

Je voudrais également insister sur d’autres initiatives menées en 2018 et entièrement tournées vers le confort de vie des Tallendais.
 

D’abord, ce programme d’aménagements destinés à faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite à nos équipements publics.
 

Des efforts ont été conduits cette année sur le stationnement  aux abords de la mairie et de la salle des fêtes. D’autres travaux en ce sens suivront.


 

Le centre commercial ou la central incendie a été changée. L’ensemble des locaux sont désormais sécurisés.

Le secteur des loisirs et de la jeunesse a connu également des transformations salutaires, au niveau du terrain de sport notamment, avec l’installation d’un « City parc », le remplacement et l’arrivée de nouveaux jeux pour les jeunes enfants ; le tout étant soigneusement sécurisé grâce à l’implantation d’un système de vidéo-protection.
 

A ce sujet, je profite de la mention de ce nouvel équipement pour vous signaler qu’une consultation publique, précédée d’une réunion d’information à la salle des fêtes, sera organisée au printemps prochain à propos d’une éventuelle mise en place de la vidéosurveillance sur notre commune, suite au diagnostic déjà réalisé par les services de la Gendarmerie Nationale.
 

Terminons ce tour d’horizon des chantiers 2018 avec des réalisations de moindre envergure financière certes, financées sur le budget du marché à bons de commande, mais essentielles en particulier pour les riverains concernés.
 

Citons en exemple l’aménagement des trottoirs de la rue des Garnaudes dans sa partie Est, celui de l’allée des Ecoliers (quartier des Rives de la Veyre) le carrefour entre les rues des Noyers et de la Plaine ou le réaménagement de l’impasse de la Veyre etc...
 

Cette période de fêtes me fournit aussi l’occasion de vous annoncer du changement dans notre dispositif d’illuminations de Noël.
 

Vous l’avez sans doute remarqué : nous avons concentré en 2018 nos efforts sur la valorisation de points précis tels que le giratoire du centre commercial.
 

En 2019, viendra le tour du centre bourg. Il s’agit là de rationaliser les installations afin d’éviter un éparpillement inutile mais aussi de les moderniser et d’accroître leur efficacité visuelle, tout en maîtrisant les coûts d’énergie.
 

Esquissons à présent ensemble un aperçu des chantiers annoncés sur 2019.
 

Comme je vous le soulignais précédemment à propos des travaux déjà entrepris route de Clermont et rue des Vallières, l’année qui se dessine guidera encore nos efforts vers des aménagements sécurisants pour le piéton.

Tranquillité et confort de déplacement vont ainsi marquer l’esprit de l’aménagement d’une liaison douce entre le centre commercial, la route de Veyre et la place de la Rippe.
 

Toujours sur le plan de l’entretien ou de la réfection de voirie, notons encore la reprise complète de la rue des Petits Vergers mais aussi différentes petites opérations telles que la réfection de plusieurs enrobés, des mises en place d’avaloirs ou la rénovation du réseau d’assainissement de l’école.
 

Ces derniers chantiers s’inscrivent dans notre programme de marché à bons de commande qui a fait l’objet d’une prolongation pour 3 ans.
 

Les prochaines années verront s’accélérer le programme de réfection de voirie mais ce dernier reste tout de même conditionné par la croissance urbaine de notre commune et notamment par l’implantation d’un nouveau lotissement dans le secteur des rues du Chancel et du Château d’eau ; nous avons du reste prévu de présenter dans les prochains mois aux riverains de ces rues concernées les études préalables d’aménagement.
 

Enfin, des actions verront le jour en 2019 à destination des jeunes et des écoliers tallendais, grâce à un programme de transformation des cours d’école (installation de nouveaux jeux et de jeux au sol, d’un mini-city ou encore d’un espace ludique et pédagogique consacré au jardinage) et de la mise en place d’un tableau numérique chez les tout petits.
 

Toujours à destination de notre jeunesse, depuis le 1er janvier Mond’Arvernes communauté nous a rétrocédé gracieusement le skate-park qui était jusqu'à présent la propriété de la communauté de commune et par ailleurs nous octroi une somme de 3000 euros chaque année pour son entretien.
 

Afin de sécuriser l’accès à nos enfants, le Skate parc sera dès cette année démonté pour prendre place face au parking du stade, sous la surveillance de la vidéo protection.
 

Mes Chers Amis, l’action municipale quotidienne ne se conduit pas et l’avenir municipal ne se construit pas sans un partenariat solide avec les services de l’Etat.
 

Je profite de cet échange traditionnel de début d’année pour souligner l’utilité et l’efficacité du rôle des services de la Gendarmerie Nationale et remercier ses représentants au niveau local.
 

Depuis le 2 janvier de cette année, notre commune ne dépend plus territorialement de la brigade de Veyre-Monton, mais de celle de Romagnat tandis que l’unité de proximité se trouve désormais à Saint-Amant Tallende.
 

Ce changement d’organisation ne doit pas nous dispenser de souligner le travail de concertation régulier accompli par la Gendarmerie dans un esprit de proximité, tant avec les élus qu’avec les habitants de ce territoire.

 

Un travail mené sous la responsabilité de la Lieutenante Chazal, commandant la brigade de Veyre-Monton. Des remerciements auxquels j’associerai ma référente sur tous les dossiers qui nous occupent, en la personne d’Hélène Godet.

 

Cette concertation régulière et cette présence sur le terrain ont permis en effet d’enrayer, plus particulièrement, l’inquiétante progression des cambriolages sur le territoire communal, grâce à l’interpellation et à la neutralisation de leurs auteurs.

 

Dans le même esprit, nous ne pouvons que nous féliciter également du partenariat développé avec la Gendarmerie Nationale dans la réalisation du diagnostic préalable au projet de mise en place d’une vidéo-protection sur notre commune.

 

Je ne manquerai pas par ailleurs d’adresser mes remerciements à notre assemblée départementale, plus précisément à Mme Troquet et à M. Petel, conseillers départementaux.
 

Leur accompagnement dans le montage des dossiers mais aussi leur appui dans l’octroi de subventions départementales ont été très précieux sur des opérations telles que l’aménagement des trottoirs routes de Veyre et de Clermont ou la modernisation du parc de jeux.
 

La vie, comme vous le savez est faite de départs et d’arrivées. Nous devons d’abord avoir une pensée émue pour les Tallendais qui nous ont quittés mais c’est aussi avec ferveur que nous adressons un message de bienvenue à celles et ceux qui ont choisi de venir s’installer à Tallende.

 

Je terminerai par un hommage, traditionnel certes mais ô combien sincère et nécessaire, à l’égard de tous les membres actifs de notre communauté municipale sur lesquels repose le bon fonctionnement de la vie à Tallende, tous secteurs confondus.
 

Je nommerai bien sûr le corps de nos sapeurs-pompiers, marqués par le dévouement quotidien au service de l’autre, mais aussi l’équipe locale d’enseignants, les associations tallendaises et les bénévoles de notre bibliothèque au cœur même de la vie locale, les commerçants, artisans et agriculteurs, l’ensemble des personnels et des élus municipaux.

 

Je ne saurai clore ce discours sans évoquer la mémoire et rendre hommage ô combien justifié à l’un des nôtres.
 

Jean Estival, doyen de notre commune, connu et apprécié de nous tous, nous a quittés ce matin même.  Avec lui, c’est une mémoire fidèle et vivace de notre collectivité qui disparaît.

Sachons conserver de lui le souvenir respectueux d’un homme extrêmement attaché à sa terre, impliqué dans la vie municipale, ayant toujours fait preuve de précieuses qualités humaines. C’est bien un sage que nous avons perdu aujourd’hui.
 

Mon conseil municipal et moi-même partageons l’immense douleur de sa famille et lui présentons nos plus sincères condoléances

 

Mes Chers Amis, Chers Concitoyens, l’heure est venue je crois - à l’amorce d’une année dont nous distinguons très mal, il faut bien l’avouer, les contours- l’heure est donc venue de redonner du sens à la proximité et au dialogue.
 

Ces vertus que les collectivités locales françaises, à commencer par les communes, entretienne au quotidien.

C’est de ces principes mêmes que peuvent naître l’écoute, la considération, la concertation, la confiance et, au final, la justice et l’équilibre des mesures à prendre.
 

A la lumière des événements de ces derniers mois, il semble que ces règles simples de gouvernance aient été quelque peu oubliées.
 

Est-il encore temps de remédier à cet éloignement, voire à cette ignorance du quotidien de la France réelle ?
 

Est-il encore temps que nous tous retrouvions cette confiance et cette sincérité dans les choix politiques, sans lesquelles un très grand pays comme le nôtre ne saurait tenir son rang ? Je veux le croire.

Les prochaines semaines doivent nous aider, à travers les rendez-vous citoyens annoncés, à retisser le lien, bien dégradé, entre les Français et leurs gouvernants.
 

Il en va de la survie de notre démocratie.

 

A toutes et à tous, je présente mes vœux de sérénité et de confiance, en votre avenir personnel ainsi qu’en celui de la France.
 

Vive la république et vive Tallende

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouver les...

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload